Partagez !
Share On Facebook

Tai Chi Chuan Bruxelles / Lie Tzi / extrait

 

 

 

Tai Chi Chuan Bruxelles /Zhang Hong 1577

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lie-zi — 列子

Le vrai classique du vide parfait — Sur Yang Zhu

Profiter de l’instant présent

 

Lie-zi est un des 3 livres de référence du Taoïsme. Nous l’avons déjà présenté ailleurs sur ce site.

Voici un nouvel extrait.

 

 

Yang Zhu dit :tai chi chuan

 

La longévité a pour limite cent ans. Pas un entre mille qui y atteigne. Admettons pourtant qu’un homme y soit parvenu. Le temps de l’enfance qu’il faut protéger, le temps de la vieillesse confuse et impotente qu’il faut aider occupent la moitié des cent ans de la vie. La nuit passée en sommeil, le temps de veille qui s’écoule inutilement, prennent une nouvelle moitié.tai chi chuan

 

La souffrance et les maladies, les deuils et les chagrins, les pertes et les échecs, la tristesse et les soucis enlèvent une partie de ce qui reste.

 

Et le laps d’une dizaine d’années qui reste, et au cours duquel on devrait pouvoir jouir de la vie librement, si on compte le temps pur de tout souci, il se réduit finalement à un espace d’une heure.tai chi

 

Que reste-t-il de la vie d’un homme ? Hélas ! où est ma joie ?tai chi

 

Il reste le plaisir, la beauté des sons et des couleurs. Mais aucun plaisir ne dure longtemps, et l’on se lasse à la longue des sons et des couleurs.Tai chi.

 

A cela s’ajoutent les restrictions et les devoirs qu’on vous impose au moyen des récompenses et des châtiments, les contraintes de toutes sortes qu’on vous inflige en recourant aux honneurs et aux lois.

On lutte sans répit pour une renommée creuse, pour que demeure après la mort une vaine gloire.Tai Chi Chuan

En vain, on met en veilleuse les sens de l’ouïe et de la vue, par des considérations sur le bien-fondé ou non des instincts du corps. Ainsi, on gâche inutilement la suprême jouissance du présent, pas une heure où l’on soit maître de l’instant.

 

Où est la différence entre cette vie ou celle d’un forçat qui est dans les chaînes ?Tai Chi.

 

Les hommes de la haute antiquité ont reconnu que la vie est de courte durée ; ils ont admis qu’elle est fugitive et qu’elle se hâte vers la mort. C’est pourquoi ils conservaient un cœur dispos et libre au sein de leurs occupations et ils ne résistaient pas aux penchants naturels.

 

Ce qui flattait le corps dans l’instant, ils ne le laissaient pas échapper. La renommée ne les attirait pas, car ils suivaient leur nature en se laissant guider par elle, et ils laissaient valoir les penchants de tous les êtres. Ils n’avaient aucun souci de la gloire d’outre-tombe ; aussi l’idée du châtiment n’avait pas de prise sur eux.

 

Quant aux louanges ou à la gloire passée ou future, ils n’en avaient cure. »Tai Chi Chuan

 


 

Print This Post Print This Post Email This Post Email This Post

Autres cours au Dojo

Articles & Textes

Stages !!!

Partagez !
Share On Facebook

 

Suivez le lien pour connaître les dates des stages 2016/17…